Les charbons crépitaient dans le feu. Les flammes vacillantes émettaient une lueur tiède

Entre les lignes entre les mots

1Un pan de l’histoire des maoris, de la colonisation en Nouvelle-Zélande, dans un roman épique et musical. Witi Ihimaera alterne deux récits, celle du récitant-écrivain et celle de d’Erenora, cette femme de Parihaka qui refuse de plier et d’abandonner celui qu’elle aime, disparu-emprisonné par les Pakeha, ces blancs colonisateurs.

L’auteur déploie sa narration, remodelant des mythes littéraires et musicaux, Eleonore et Florestan du Fidelio de Ludwig van Beethoven, l’homme au masque de fer, mokomokoi

Taranaki. « Naturellement, Taranaki est bien plus qu’une montagne. C’est un tipuna, un ancêtre, né dans un passé mythique. A l’époque où les montagnes étaient capables de se déplacer, Taranaki avait essuyé une déception amoureuse avec Pihanga, un autre volcan, et s’était éloigné à l’ouest pour s’en remettre ; le fleuve Whanganui coule aujourd’hui dans le profond canal creusé par le trajet du Taranaki ».

Contrairement aux inventions européennes, les colonisateurs durent affronter souvent à…

View original post 313 more words

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s